Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Blog du Syndicat CGT Carrefour Nice Lingostière
  • : Blog du Syndicat CGT Nice Lingostière
  • Contact

Contact

CGT Carrefour Nice Lingostiére
Route de Digne 6202
06200 NICE
Tél : 04.92.29.17.28


     

  Rejoignez nous sur


Rechercher

Mensuel des syndiqués CGT

 
Magazine " échanges"
Afficher l'image en taille réelle
  

 



un clic sur les affiches pour ouvrir

 


CGT%20cestnous

>>>ADHESION EN LIGNE

.


DIF = Droit Individuel à la Formation

 Vous voulez savoir où en sont vos remboursements de santé ou pour toute autre question concernant la sécurité sociale, visitez le site





notre caisse de prévoyance APGIS que vous retrouverez sur ce lien




Natexis - Interépargne






Le site des accidents du travail et des maladies professionnelles. Une mine d'or pour le CHSCT.










Conseil Economique et Social





ASSOCIATION POUR L'INFORMATION ET LA DEFENSE DES CONSOMMATEURS SALARIES-CGT







Le code du travail















VOS ELUS CGT

30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 20:26

ORDRE DU JOUR

 

·         CAISSES LIBRE SERVICE (CLS) et projets Caisses

·         Pesée Fruits & Légumes

·         Parcours clients : projets 2 et 3 (PC2 & PC3)

·         Standards

·         Boucherie et Boulangerie

·         Décoration

·         Projet TBO (Transformation du Back Office)

·         création d'un Hyper à Villeneuve la Garenne

·         Projet commerçant

·         Initiatives 5 & 6 de Lars OLLOFSON

 

 

CAISSES LIBRE SERVICE

 

LES CLS :

 

La direction fait le point sur le déploiement de ce projet dont la fin est prévue fin novembre.

 

À ce jour 87% des magasins installés (sur 109 magasins concernés) et 3647 assistantes formées aux CLS. La direction rappelle que les caissières tenant les CLS sont volontaires.

 

La direction délivre ensuite quelques données chiffrées relatives au nombre de passage des clients  aux CLS.

 

La CGT réclame à nouveau de pouvoir avoir un suivi de l'emploi sur les batteries caisses au niveau national comme la direction s'y était pourtant engagé.

 

La direction indique qu'à ce stade il y a un recul de 3% des effectifs en caisse au plan national.

 

La CGT demande des chiffres concrets et non pas des pourcentages.

 

LE SELF SCANNING :

 

La direction rappelle qu'un test sur le self scanning (=scanage des articles au fur et à mesure des achats à l'aide d'une douchette portable par le client effectuant ses courses) est en cours à Carrefour AUTEUIL et qu'elle souhaite l'étendre à 5 autres magasins :

 

RENNES CESSON / BONNEVEINE / MONACO / PORTET SUR GARONNE / CHAMBOURCY

 

 

LE PROJET « CASH MANAGEMENT » : 1 test à RENNES CESSON

 

Ce projet consiste à introduire sur chaque caisse 2 automates adaptés pour recevoir les pièces de monnaie et les billets. La caissière reste en poste mais ne manipule plus d'argent liquide. Le client introduit (après le passage de ses articles) la somme indiquée les automates rendent la monnaie.

 

La direction expose que ce projet aura pour conséquences : moins de stress pour la caissière, la suppression des écarts de caisse, la vérification systématique des pièces et billets, une fermeture des caisses « facilitées » en fin de poste.

 

La CGT : il s'agit encore d'un moyen pour rentabiliser au maximum les heures travaillées puisque la caissière ne fera plus que scanner des articles toute la journée.

 

 

POSTES DE PESÉE AUX FRUITS ET LEGUMES

 

 

La direction distingue les 2 phases de déploiement de ces nouvelles machines qui viendront supprimer les postes de pesée aux rayons F&L dans l'ensemble des magasins.

- dans les magasins de typologie 2

- dans les magasins de typologie 3/4/5

 

à ce jour le 1er déploiement est prévu sur:

-        22 magasins de typo 2 (actuellement seuls 2 mags sont installés ORLEANS PLACE D'ARC ET SENS-MAILLOT les 20 autres le seront d'ici à fin de 1er trimestre 2010). Sur ces 2 magasins, A CE JOUR, pas de changement dans l’évolution de l’effectif, selon la direction

 

-        4 magasins en test typo 3/4/5 pour l'utilisation de la « pesée intelligente » : WASQUEHAL, FRANCHEVILLE, MEYLAN, CARRE SENART :

Ø  sur Carré sénart : 1 employé TC reclassé au stand « sandwisherie »

Ø  sur Francheville : 2 employés TC : 1 DEMISSION + 1 transfert en Boul/pat.

Ø  Sur Meylan : 1 employé TC reclassé au rayon fromage + 1 DEMISSION non remplacée

Ø  sur Wasquehal : pas de modification d'effectif à ce jour.

 

La CGT intervient pour apostropher la direction sur l'étrangeté de ces demissions succésives en ces périodes ou le taux de chomage ne cesse de progresser. Pas de réponse de la direction.

 

La CFTC précise que la salariée de Francheville reclassée à la Boul/Pat s'est vu demandé tout et n'importe quoi, elle devait par exemple aussi faire du « contrôle prix » dans les rayons, elle es à ce jour en ARRET MALADIE !

 

La CGT demande également des précisions sur les postes de reclassement : « est ce des postes supplémentaires que vous avez crées du fait des employés à recaser ou aviez vous déjà fait le « ménége » avant sur ces rayons pour pouvoir y reclasser des salariés ? »

 

Mlle CHAVIGNY, DRS, répond clairement qu'il ne peut s'agir en aucun cas, « dans la conjoncture actuelle » de nouvelle création de poste mais que ces emplois avaient dû être préalablement « libéré » !

 

La CGT demande un nombre précis de postes supprimés suite à ce projet de pesée automatique.

Fo demande une évaluation du nombre de personnel handicapé qui avaient été placé sur ces postes de pesée.

 

Mlle CHAVIGNY, DRS, informe les membres de la commission que ce métier (pesée) va être prochainement déclaré « métier sensible » par le biais de la GPEC et que le nombre précis de poste impactés sera plus précisément chiffré à ce moment là. Idem pour le nombre de salariés handicapés, et précise que les reclassements seront effectués en collaboration avec les CHSCT pour ces salariés.

 

IL SERA NECESSAIRE POUR TOUS LES ELUS CGT DE SURVEILLER DANS QUELLES CONDITIONS SONT EFFECTUER LES RECLASSEMENTS ET LES EVENTUELLES PRESSIONS EXERCEES POUR FAIRE ACCEPTER CEUX CI AUX SALARIES CONCERNES.

 

 

PROJET PARCOURS CLIENT (PC2  et PC 3)

 

RAPPEL PARCOURS CLIENT N° 1:

 

La direction rappelle que le  1er projet (PC1) visait à SUPPRIMER l'essentiel des postes d'encaissement sur les secteurs EPCS au profit de l'encaissement sur la ligne de caisse "traditionnelle" pour faciliter le "multi-achat" de la part de la clientèle,

 

Sur un total potentiel de 240 postes supprimés lors de la première vague du projet, 216 persones ont été effectivement reclassées: 38 % sur la ligne de caisse et 62 % dans les autres secteurs,

 

La direction se félicite de l'évolution de CA constatée de puis la mise en place de ce projet sur l'EPCS (+ 3,8 % selon ses dires) ainsi que du regain des parts de marché et a fait réaliser une enquète de "satisfaction clientèle" qui démon,trerait que 94% des clients se disent "satisfaits" ou "très satisfait de ce nouveau mode d'encaissement sur la ligne de caisse habituelle et détaille le résultat de cette enque^te :

·         73% de clients pratiquent le multi achat (EPCS + autres articles dans le magasin)

·         27% continuent à effectuer qu'un seul et unique achat puis vont sur la ligne de caisse,

·         62% trouvent l'encaissement sur la ligne de caisse "plus pratique",

·         24% trouvent cela moins pratique

·         13% inchangé

 

RAPPEL PARCOURS CLIENT N° 2:

 

La direction tout en indiquant qu'elle n'entend pas pour l'instant réduire plus que ça l'éventail d'assortiment du non alimentaire expose qu'au vu des résultats de l'enquête et des constats effectués sur le terrain, rappelle qu'elle a ensuite souhaité faire  « EVOLUER SON PROJET » pour aboutir au PC 2 :

 

Point à date PC 2 :

58 magasins supplémentaires par rapport au PC1.

À ce jour 9 magasins déployés (+ 20 sur octobre 2009 + 29 sur novembre 2009)

A ce jour 21 postes concernés. Tous reclassés. Pour les 49 magasins suivants, la direction informera les membres de l'avancée des reclassements au fur et à mesure.

 

 

PARCOURS CLIENTS N° 3

 

La direction : "Nous avons constaté des problèmes pour les clients qui ne continuent à n'effectuer qu'un seul achat sur l'EPCS et se dirigent immédiatement après vers la ligne de caisse sans rien acheter d'autre, "C'EST POURQUOI NOUS AVONS ENVISAGÉ CETTE EVOLUTION QUI CONDUIT DANS CES CAS PRECIS A DEMANDER AU VENDEUR LUI MEME D'EFFECTUER AUSSI L'ENCAISSEMENT  DEPUIS L'EPCS"

 

à ce jour 6 magasins « tests » déployés dans lesquels les vendeurs font l'encaissement eux mêmes.

CGT : "C'est adhérent, outre vos informations sur la soi disante enquête réalisée par "SET" qui est une société de sondages partie prenante à Carrefour et dont on ne pourra vérifier la crédibilité des résultats, vous nous annoncez qu'après avoir fait dégager 216 personnes de l'encaissement EPCS vous allez demander maintenant aux vendeurs EPCS de se transformer en caissière ?! C'est absolument débile, les gens qui pondent ce genre d'idées ne peuvent pas provenir du terrain, savez vous le temps qu'il faut pour faire une vente ou absorber le flux clientèle les jours d'affluence ? !!"

 

La CFDT fait alors remarquer qu'il y aura de toutes façon un souci au niveau des classification car rien n'oblige un vendeur à effectuer des travaux d'encaissement dans la description de ses tâches de travail,

 

CGT : effectivement le vendeur n'a pas à réaliser d'encaissement et de plus, le temps qu'il passerait à encaisser ne serait même pas proratisé dans le versement de sa prime. Non seulement il n'y a pas de réelles augmentation de salaire mais en plus, vous rajoutez des tâches aux métiers existant sans même songer à revoir la qualification des personnels concernés !

 

La direction : pour l'instant cela se fait sur la base du volontariat.

 

CONCLUSION CGT : La Direction est en train de supprimer par le biais des 3 vagues du parcours clients, près de 500 postes d'encaissement sur l'EPCS au total et demande aujourd'hui aux vendeurs de se taper les tâches d'encaissement qu'elle vient de supprimer ! C'est totalement INNACEPTABLE !

 

Faut-il qu'elle prenne les salariés à ce point pour des moutons dociles pour supprimer des postes de travail, dégrader donc les conditions de travail de ceux qui restent et d'oser ensuite leur demander d'effectuer des tâches supplémentaires pour compenser ces suppressions de poste décidées par elle ?!!

 

LA CGT INVITE TOUS LES VENDEURS

A REFUSER DE TOMBER DANS CE PIEGE

EN REFUSANT D'EFFECTUER

LES TACHES D'ENCAISSEMENT !

 

PROJET « STANDARDS »

 

La direction informe qu'elle entend supprimer à terme l'ensemble des postes de standardistes par la « centralisation » des appels extérieurs via un « serveur vocal » qui permettra de se connecter à chaque établissements. Ce projet va se déployer sur 18 mois.

 

L'ensemble des hypers vont adopter la nouvelle technologie « V.O.I.P » (réseau tel via internet)

Une présentation sera faite dans chaque CE ainsi qu'au CCE et le métier de standardiste sera déclaré « métier sensible » via la GPEC. Le reclassement interne sera privilégié.

 

Sur une question de la CGT la direction précise que ce projet aura à terme, un impact sur 203 postes.

 

PROJET « UVCI BOUCHERIE »

 

développement de la gamme « sous barquette » fabriquée par les fournisseurs

 

UVCI = Unité de Vente Consommateur Industrielle

 

POINT A DATE SUR MAGASINS TEST :

 

Ce projet concerne les magasins effectuant moins de 3 millions d'€uros sur le rayon boucherie.

 

Les magasins test :

 

-        9 magasins avec UVCI +  rayon traditionnel : GUERET, NANTES BEAULIEU, NANTES ST HERBLAIN, MONTLUCON, ORLEANS PLACE D'ARC, ALENCON, CHALON NORD, BERCK, ARMENTIERES.

 

-        6 magasins avec UVCI et SANS rayon traditionnel : COQUELLES, CALAIS, CHATEAU THIERRY, ST MARTIN EN LOERT, TROYES LA CHAPELLE ST LUC, LA ROCHE SUR YON.

 

-        + 2 magasins « miroirs » (pour comparatif)  tout en UVCM (Unité de Vente Consommateur Magasin = barquettes fabriquées en magasin par les équipes) : EPERNAY et CHOLET

 

La direction fait état de l'énorme effort (de propagande ?) mise en œuvre lors du déploiement de ce projet pour susciter l'adhésion de TOUS les managers et employés et expose les points positifs et négatifs des premiers résultats du test :

 

les « plus » :

-        bonne perception et compréhension des équipes magasin

-        pas de « perturbations » pour nos clients

-        meilleure tenue des rayons (ouverture et fermeture)

-        souplesse accrue dans les approvisionnements par des commandes à la ref/produit.

-        JUSTE BESOIN D'UNE EQUIPIERE DE VENTE (NIVEAU I) POUR REMPLIR LES BARQUETTES !! (et ils l'avouent en plus ces C..... !)

les « moins » :

-        mise en place plus longue que prévue

-        qualité moyenne de l'UVCI en viande bovine.

-        Non respect du cahier des charges

-        mauvaise coupes et mauvaises présentation de certaines réf.

-        certaines barquettes mal adaptées au produit.

-        Les prix d'achat n'ont pas baissé malgré des cours à la baisse et une augmentation des volumes commandés.

-        Arrêt de la viande bovine EQC (engagement qualité carrefour) car impossible en UVCI, obligation de continuer à la fabriquer nous mêmes.

 

 

LA CGT soulève une nouvelle fois que ce projet a été déployé suite au constat fait par l'entreprise qu'elle n'arrivait plus à recruter des bouchers au vu des salaires misérables qu'elle leur propose !

 

La direction admet que les salaires moyens dans l'artisanat tournent autour de 1500 ou 1600 € nets mais que les ouvriers fabriquant les UVCI  souvent non-bouchers, recrutés à l'étranger, n'ayant qu'un seul geste de découpe standardisé (à la chaine) à effectuer, ont un salaire beaucoup moindre d'où l'intérêt pour le passage en UVCI.

 

Les entreprises sous traitantes des UVCI pour Carrefour sont par exemple SOCOPA, BIGARD....

 

LE CYNISME DE CARREFOUR N'A PLUS DE GENE NI DE LIMITE ! Ils sont en train de nous avouer le plus tranquillement du monde que non seulement ils continueront à ne reconnaître aucune qualification particulière pour les métiers de « bouche » mais que la pénurie de main d'œuvre due aux bas salaires pratiqués les conduira à proposer sans doute de la viande de moins bonne qualité aux clients, qui plus est,  fabriquée par des ouvriers encore moins bien payés  que nos bouchers Carrefour  !!!

 

 

 

PROJET « BOULANGERIE »

 

(développement du surgelé)

 

Comme à son habitude la direction évoque un « auto-constat » mettant apparemment en évidence que les magasins « en difficulté » (sous entendu ceux ou peut embaucher le moins de personnel possible) ont du mal à maintenir une « offre clientèle » tout au long de la journée en boulangerie et viennoiserie. Pour tenter de maitriser cette offre ils ont pris un magasin « référent » celui de MONTEREAU qui sert aussi de magasin formateur pour la mise en place de ce projet consistant à remplacer la fabrication par des achats de « pâtons surgelés » fabriqués par les industriels.

 

4 magasins test :

CONDE SUR ESCAULT, FOURMIES, VILLEJUIF, LIMAY

 

la direction expose que l'assortiment de produits surgelés est assez comparable au nombre de références fabriquées aujourd'hui par les boulangers et se définira comme suit :

 

-        le  « pain cru surgelé » (restera comme tâche : la pousse, le coup de lame, la cuisson)

-        pain spéciaux (restera comme tâche : le placage, pas de pousse car déjà précuit puis surgelé, + la cuisson définitive)

-        viennoiserie crue surgelée  (restera comme tâche : la levée, la cuisson, l'emballage)

 

les faiblesses du projet selon carrefour :

-        nécessité de stocker tous ces produits en chambre froide (donc gros investissement pour la construction de celle ci)

-        manque de produits régionaux dans les assortiments proposés par les industriels.

-        Le coût marchandise et logistique

-        la baisse de la qualité.

Sur une question de la CGT, la direction répond qu'elle n'a pas « en tête » aujourd'hui une liste détaillée des magasins qui seront concernés par la mise en place de ce projet mais qu'il s'agira de magasins en « difficulté générale » de CA (pas forcément que sur la Boul/Pat) car la carence en effectif induira alors le passage en surgelé.

 

 

La CGT dénonce une fois de plus ce projet néfaste pour l'emploi car derrière celui ci il y a biensur une volonté de réduire encore un peu plus les effectifs des laboratoires Boul/Pat et demande combien de postes à terme risquent d'être impactés par ce projet.

 

La direction répond ne pas avoir plus d'éléments à communiquer à ce jour, qu'elle entend laisser le temps du test s'effectuer et qu'elle reviendra communiquer plus précisément dès qu'elle aura une meilleure visibilité sur les avantages et inconvénients de ce projet ainsi que sur les conséquences sociales de celui ci. (reclassement interne ou externe ?)

 

LA ENCORE, LA DIRECTION A TROUVE UN MOYEN DE SUPPRIMER A TERME LES POSTES DE BOULANGERS PUISQU'IL N'Y AURA PLUS DE FABRICATION ET DE REDUIRE LA MASSE SALARIALE !

 

 

SUITE DU C.R AU PROCHAIN ARTICLE

Partager cet article

Repost0

commentaires