Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Blog du Syndicat CGT Carrefour Nice Lingostière
  • : Blog du Syndicat CGT Nice Lingostière
  • Contact

Contact

CGT Carrefour Nice Lingostiére
Route de Digne 6202
06200 NICE
Tél : 04.92.29.17.28


     

  Rejoignez nous sur


Rechercher

Mensuel des syndiqués CGT

 
Magazine " échanges"
Afficher l'image en taille réelle
  

 



un clic sur les affiches pour ouvrir

 


CGT%20cestnous

>>>ADHESION EN LIGNE

.


DIF = Droit Individuel à la Formation

 Vous voulez savoir où en sont vos remboursements de santé ou pour toute autre question concernant la sécurité sociale, visitez le site





notre caisse de prévoyance APGIS que vous retrouverez sur ce lien




Natexis - Interépargne






Le site des accidents du travail et des maladies professionnelles. Une mine d'or pour le CHSCT.










Conseil Economique et Social





ASSOCIATION POUR L'INFORMATION ET LA DEFENSE DES CONSOMMATEURS SALARIES-CGT







Le code du travail















VOS ELUS CGT

30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 17:21

Le quizz de la CFDT, sans langue de bois et sans fioritures ! Etes-vous toujours pour, signataires né d’accords défavorables aux salariés ou perroquet professionnel ? Voyez-vous les bénéfices de la précarité organisée partout où l’opportunité à saisir pour le MEDEF ? Etes-vous galvanisé par le renoncement ? Faites le point avec notre petit questionnaire.

·  Le quizz de la CFDT, sans langue de bois et sans fioritures !

Etes-vous toujours pour, signataires né d’accords défavorables aux salariés ou perroquet professionnel ?

Voyez-vous les bénéfices de la précarité organisée partout où l’opportunité à saisir pour le MEDEF ?

Etes-vous galvanisé par le renoncement ?

Faites le point avec notre petit questionnaire.

Vous n’avez pas de mutuelle, pas de complémentaire santé prise en charge par votre employeur à 50% comme c’est le cas dans beaucoup de grandes entreprises. D’ici le 1 janvier 2016, ce sera le cas. Vous vous dites :

■ Le syndicat qui a négocié cela est un « bon larbin du MEDEF » ;

▲ C’est un problème, car les « méchantes mutuelles » vont perdre la possibilité de défendre votre santé ;

● Le syndicat qui a négocié cela sera récompensé par le MEDEF et la CGPME qui trouvent que les salariés ont trop de garanties.

Vous êtes licencié(e). Vous n’aviez pas utilisé votre droit individuel à la formation, le compteur s’est bloqué à 120 heures. Vous perdez tout. Demain, vous emmènerez ces heures avec vous, sur un compte individuel de formation qui vous suivra partout. Vous vous dites :

● C’est un encore un recul des droits attachés à ma personne, c’est tant mieux, je pourrai être mieux exploité par le MEDEF pour ses projets ;

■ Il doit y avoir un bénéfice, un nouveau recul ça cache une avancée pour le MEDEF ;

▲ La formation de toute façon, c’est utile. Mais ce sont les salariés eux-mêmes qui en décident.

Vous travaillez à temps partiel. Vous ne l’avez pas choisi, mais dans votre entreprise, c’est comme ça, le patron refuse de donner plus de 16 heures par semaine aux salariés, en majorité des femmes, qui aimeraient bien travailler un peu plus. Demain, si vous le demandez, il devra vous donner au moins 24 heures, soit 8 heures de plus.
Vous vous dites :

▲  Je serai plus vulnérable. Je pourrai toujours demander soit, mais au risque de perdre mon emploi ;

8 heures de plus, cela peut aider le MEDEF à m’exploiter mieux jusqu’à la fins du mois ;

■ le temps choisi est un droit à conquérir, il faut l’instituer.

 Votre entreprise traverse une période difficile. Ses carnets de commande sont en très forte baisse. Demain, votre employeur pourra demander aux syndicats de négocier un accord pour deux ans, le temps que la situation s’améliore. Un effort sera demandé à chacun. Le patron s’engagera à ne pas licencier, à ne pas toucher aux 35 heures, mais les salariés devront accepter par exemple une modération salariale.
Vous vous dites :

■   c’est du chantage, hors de question ;

▲   C’est de la destruction organisée des droits fondamentaux des salariés ;

●  La priorité c’est de maintenir la rentabilité du capital, mais attention quand ça ira moins bien, le patron devra vous rémunérer moins le travail des salariés.

Vous êtes au chômage depuis 4 mois. Vous avez encore droit à 20 mois d’indemnisation. On vous propose un emploi. Aujourd’hui, vous hésitez parce que vous risquez de perdre tous vos droits au chômage si cela ne marche pas. Demain, vous pourrez vous lancer, en cas d’échec vous retrouverez vos indemnités chômage.
Vous vous dites :

●  J’abandonne mes droits, il y a beaucoup plus de sécurité pour le patronat ;

■   Encore un recul des droit que les chômeurs vont devoir payer ;

▲    Avec ça, Pôle Emploi va nous obliger à accepter n’importe quoi.

Faites vos comptes

Vous avez une majorité de réponses ▲  ou ■  : Vous avez compris que vous devrez défendre vos droits, aller manifester  et lutter pour la défense de vos emplois et de vos droits  avec les syndicats qui n’ont pas signé l’ANI.
C’est heureux, vous n’êtes pas dupes de la vaste opération d’intox du MEDEF et de la CFDT visant à faire croire qu’il faut se coucher et se précariser pour faire progresser les droits des patrons.

Vous avez une majorité de ● : vous n’irez pas manifester et vous avez raison, vous  avez bien compris où était votre l’intérêt du MEDEF.

Vous savez que le monde du travail n’est pas assez précaire, pas assez souple et capable des mutations voulues par le patronat. Pour vous, la précarité c’est la vie.

Mais vous pensez, comme nous, qu’il faut liquider vos droits, désintégrer votre ’avenir avec plus de flexibilité surtout pour les plus fragiles, avec plus d’inégalités.

Vous savez que ceux qui disent « défendez-vous ! » et luttent contre l’ANI préparent l’avenir en protégeant vos droits.

Vous aimez ramper, vous voulez avancer pour plus de dérégulation sociale et offrir aux jeunes générations l’avenir le plus précaire auquel elle devra se plier et qui leur sera imposé.

Vous savez aussi qu’aujourd’hui dans bien des pays d’Europe toutes les garanties sont revues à la baisse. Des peuples souffrent. Mais en France, dans un contexte trop protecteur des droits, un syndicalisme de renoncement veut conquérir son droit de collaborer à la liquidation des droits des salariés au profit du MEDEF.

Vous pouvez vous rapprocher de la CFDT la plus proche de vous. Vous serez bien essorés et vous soutiendrez directement le MEDEF.

 

Vos élus CGT.

Mediapart le dit, la CGT à la même analyse …

 

Partager cet article

Repost0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 15:12

Un milliard de bénéfice,

- 500 millions pour les actionnaires……

- 80 millions pour les salariés……

La direction aidée de ses partenaires officiels (FO et CFE-CGC) communiquent à grande pompe sur la « générosité » de Carrefour et le montant octroyé sur la participation aux bénéfices 2016 répartie ainsi :

 

-63 millions de participation aux bénéfices.

 

-16 millions de suppléments à la participation.

Soit 3 % de la rémunération annuelle brut ou 0.4 d’un mois de salaire brut, 610 euros en moyenne. (Attention cette somme est une moyenne, la participation n’étant pas uniforme entre tous les salariés du groupe, pour les employés la moyenne approche les 500 euros et pour l’encadrement les 1200 euros, encore une injustice dénoncée par la CGT).

 

Contrairement aux affirmations des partenaires officiels de la direction (FO et CFE-CGC), le supplément à la participation a été fixé unilatéralement par la direction et aucune négociation n’a eu lieu les 3 et 9 mars 2017.

 

En effet, les organisations syndicales ont été conviées à une « réunion d’information participation complément ».

 

  1. à la communication de FO, le supplément fixé unilatéralement par la direction aurait été octroyé même sans signature, FO n’est en aucun cas à l’origine de ce supplément.

 

Lors de la réunion du 09 mars, la direction était déjà assurée de la signature des partenaires officiels de la direction : le slide de présentation faisait état de la signature des organisations syndicales alors que nous n’étions pas encore informés de la somme octroyée !!!!!!

 

 

Petit rappel : sans la signature des partenaires officiels de la direction, la participation aux bénéfices n’aurait pas diminué de moitié en 2013……et la direction ne serait pas contrainte de donner un supplément de participation chaque année depuis 2016.

Partager cet article

Repost0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 15:05

Partager cet article

Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 14:19

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 15:57
Chers camarades,
 
 
 
Comme au national, La CFDT à Lingostière n'a jamais consulté la CGT sur une éventuelle grève en intersyndicale.
 
Nous rappelons aux adhérents que notre syndicat a participé aux 12 grèves contre la loi travail.
 
Cette loi ouvre la porte au travail du dimanche, licenciements économiques, dénonciation des accords d'entreprise, etc ...
 
Quelle surprise que Carrefour rentre quand la porte a été ouverte par la signature d'organisations syndicales dont la CFDT et le medef !!
 
Nos conditions de travail ne vont pas s'arranger, et des mouvements sociaux seront envisagés par notre organisation syndicale en intersyndicale sur les conditions de travail, si les salariés de Lingostière se mobilisent derrière nos revendications.
 
Vos élus CGT

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 11:39

La revanche de Bompard

Travail dominicalEntrée en vigueur le 1er janvier, la Loi Travail produit ses premiers effets pervers. A la FNAC, l’accord sur le travail du dimanche rejeté par les syndicats majoritaires en 2016 va pouvoir s’imposer à tous en 2017.

La revanche de Bompard

En juillet, les trois syndicats majoritaires de la FNAC (CGT-FO-SUD) faisaient valoir leur droit de veto à la signature d’un accord collectif et mettaient en échec les projets de monsieur Bompard, PDG du groupe FNAC. Chantre du travail dominical, en soirée et de la flexibilité tous azimuts, monsieur Bompard négociait à ce titre un accord devant s’appliquer à l’ensemble des magasins de l’enseigne. Trois autres syndicats du groupe, CFDT-CFE-CGC et CTFC, favorables, ceux-là, à la banalisation du travail dominical, avaient bien ratifié ce protocole d’accord. En vain, ces trois organisations étant minoritaires (45 % des suffrages aux dernières élections professionnelles) pour la signature d’accords collectifs. 

 

Une victoire éclatante, donc, pour le trio des opposants CGT-FO-SUD, mais de courte durée ainsi que l’avait anticipé Marie-Hélène Thomet de la CGT Commerce et Services. « Monsieur Bompard reviendra vite à la charge, car, derrière l’ouverture le dimanche, son véritable objectif, c’est la capture de parts de marché et cela passe par l’intensification de la productivité, davantage de précarité du travail et la poursuite de la modération salariale », avait-elle prévenu.

Et de fait, dès le mois de janvier, les six syndicats de la FNAC étaient convoqués par leur direction à deux séances de reprise des négociations du même accord, mais avec, pour monsieur Bompard, la quasi-certitude de gagner cette fois-ci la partie. En effet, il y a fort à parier que les trois syndicats favorables au travail dominical ratifieront cette deuxième mouture de l’accord, et ce, d’autant plus allègrement que les minoritaires d’hier ne le sont plus aujourd’hui.

Turpitude

Par le truchement d’une disposition législative de la loi El Khomri, leur taux de 45 % de représentativité s’est miraculeusement hissé à 51,75 % (*), leur donnant ainsi le poids nécessaire et suffisant pour signer des accords collectifs.

Cette turpitude introduite dans la loi Travail qui fait fi de la démocratie et de l’expression des salariés, n’est d’ailleurs pas sans rapport avec le PDG de la FNAC dont l’influence sur les dirigeants politiques ne fait plus mystère : on se souvient qu’en 2015 déjà, le Sénat adoptait un amendement ironiquement baptisé « amendement Bompard ». Article 80 de la loi Macron (mais finalement censuré), il prévoyait la possibilité pour les commerces de biens culturels de déroger à la règle du repos dominical en attribuant aux salariés le repos hebdomadaire par roulement. Quelques mois plus tard, l’influent PDG obtenait le placement de tous ses magasins parisiens dans les nouvelle ZTI créées par la loi Macron ou plus exactement, que les ZTI s’organisent autour des magasins FNAC. Enfin, une semaine après sa visite au ministère du travail en juin, la ministre El Khomri introduisait dans la Loi Travail le dispositif scélérat du référendum en entreprise qui permet de faire valoir des accords minoritaires. Sans surprise, à l’issue des deux séances de négociation des 5 et 6 janvier, la CGT dénonce « un simulacre de négociation », et pointé dans son communiqué les premiers effets pervers de la mise en application de la loi El Khomri.  

Quant au respect de l’expression des salariés, du dialogue social et de la démocratie en entreprise, autant de valeurs et de principes vidés de leur sens et rendus inopérants par la loi Travail et ses influents instigateurs.

 

 

(*) : Le taux de 50 % est désormais évalué sur les suffrages exprimés en faveur des seules organisations représentatives, et non pas, comme avant, sur l’ensemble des suffrages exprimés, donc sur une base potentiellement plus étroite.

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 13:58

La loi El Khomri permet à «La Voix du Nord» de licencier massivement

Par La rédaction de Mediapart

Le quotidien régional prévoit de supprimer 178 postes sur 710, soit 25 % des effectifs, même si les résultats sont loin d’être catastrophiques. Mais la loi El Khomri autorise désormais les licenciements économiques en cas de baisse des commandes ou du chiffre d’affaires.

Merci la CFDT .....

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 13:08

Depuis aujourd'hui, les heures supplémentaires peuvent être majorées à 10% (au lieu de 25% et 50%). Le gouvernement vous souhaite une bonne année !

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 12:08

 

Malgré cette fin d’année morose, nous espérons que vous passerez de bonnes fêtes de Noël et de nouvel An, en famille et avec vos amis.

Nous savons que pour la majorité les temps sont de plus en plus durs.

Profitez de ces fêtes pour vous ressourcer.

Que 2017 soit une année de luttes victorieuses pour les salariés !

Merci à vous de consolider la CGT , et soyons de plus en plus nombreux !

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 13:26

Pas facile d'être adhérent à la    

      CFDT en ce moment …!

   

 

 

Pas facile d'être adhérent à la CFDT en ce moment et de comprendre ce qui s'y passe...

La CFDT se bat dans les Bouches du Rhône sur Plan de Campagne en faveur du repos dominical, en utilisant d'ailleurs les mêmes armes que FO dans le Val d’Oise.

La CFDT services a signé la campagne nationale contre l'ouverture du dimanche.

Mais en Région Parisienne, la CFDT de la Région Parisienne revendique le choix pour les salariés de pouvoir travailler le dimanche réussissant à faire titrer le contraire par LSA.

Extrait : "La CFDT revendique le libre choix de travailler le dimanche, une majoration minimum de 100% des heures travaillées ce jour là, un droit à un repos compensateur et demande l'ouverture de négociations avec le patronat sur le sujet." Est-ce cela le respect du repos dominical ?Ils n'hésitent pas à confier au Parisien que les autres syndicats sont dans une logique financière là où ils défendent pourtant des valeurs communes et un acquis social.

Les élections prud'homales ne sont sans doute pas étrangères à cette récupération des mouvements de salariés, mais ce n'est pas très digne. De quoi réjouir en tout cas les enseignes concernées.

Certains syndicalistes de la CFDT doivent en manger leur chapeau.

Bon appétit.

Vos élus CGT  

Partager cet article

Repost0